Voir vert - Été 2016

Voir vert est la seule publication entièrement dédiée à la construction durable au Québec. Et c'est aussi le véhicule publicitaire privilégié pour les entreprises et les organismes qui désirent promouvoir leurs produits ou systèmes écologiques, leurs services environnementaux ou leur engagement envers le développement durable. Tant auprès des professionnels et des entrepreneurs du milieu de la construction que des différents acteurs de l'industrie immobilière et des donneurs d'ouvrage publics.

 

Les matériaux à l’ère de la transparence

Certains ne jurent que par lui, d’autres à cause de lui… Mais peu importe de quel côté de la clôture on se trouve, force est de constater aujourd’hui que LEED a largement contribué à la transformation durable de notre environnement bâti ces dernières années. Et que si ce système d’évaluation des bâtiments est loin d’être parfait, et aucun ne le sera jamais, il n’en demeure pas moins en constante évolution.

C’est ainsi qu’il continue de plus belle à orienter les différents acteurs du milieu du bâtiment vers l’adoption de pratiques toujours plus écologiques. En témoigne sa dernière mouture, LEED v4, à laquelle devront se conformer tous les nouveaux projets visant une certification au pays à compter du 1er novembre prochain.

Plaçant la barre beaucoup plus haute que la version 2009, elle exigera notamment une transparence accrue sur le plan de la performance environnementale des matériaux. Un grand pas en avant, il faut le dire. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’obtention de certains crédits devra désormais nécessairement s’appuyer sur une déclaration environnementale de produit, mieux connue sous l’acronyme DEP.

La performance environnementale des matériaux ne devra alors plus seulement être évaluée sous des aspects tels le contenu recyclé ou la proximité des fournisseurs, mais aussi sur des indicateurs normalisés. Comme l’empreinte carbone et l’utilisation de ressources non renouvelables, pour ne citer que ces exemples.

Une DEP, faut-il le rappeler, est le résultat d’une analyse de cycle de vie. C’est en quelque sorte une photo qui permet d’évaluer du mieux possible les impacts environnementaux d’un produit. Non seulement ceux liés à sa fabrication, mais aussi à l’approvisionnement en matières premières servant à le façonner et à son expédition. De là à penser qu’il s’agit d’un puissant outil servant l’avancement du bâtiment durable, il n’y a qu’un pas. Car il permet à la fois aux manufacturiers d’identifier là où ils peuvent améliorer leur performance environnementale et aux spécificateurs de produits de faire des choix écoresponsables en toute connaissance de cause.

On ne peut donc que saluer les industries et les fabricants qui se sont déjà engagés sur cette voie de la transparence, que ce soit en vue de satisfaire les exigences de LEED ou pas… Non sans inviter leurs pairs à leur emboîter le pas.

Anik Girard
Directrice générale et éditrice

Sommaire

BILLET
Les matériaux à l’ère de la transparence

ÉCHOS
Ici et là dans l’industrie

GESTION OPTIMALE
Tirer profit d’une gestion optimale de la demande de puissance en électricité

HAUTE VOLTIGE
Le Stade de soccer de Montréal

INTÉGRATION VÉGÉTALE
Des systèmes végétalisés comme composantes actives des bâtiments

DOSSIER DURABILYS
Zoom sur les lauréats des Prix Durabilys 2016 décernés par le Conseil du bâtiment durable du Canada – Québec

Édition : Été 2016
Directrice générale et éditrice : Anik Girard
Rédacteur en chef délégué : Rénald Fortier
Collaborateurs : Marie Gagnon, Léa Méthé Myrand, Marc-André Pilon
Correctrice : Monique Lalonde
Conception graphique et responsable de la production : René-Claude Senécal
Photographie de la couverture : Olivier Blouin

Abonnement

Pour s’abonner : 514 856-6600 ou 1 866 669-7326 ou Constructo.ca